Anticuarios, eruditos, viajeros y tópicos en las percepciones sobre las ruinas de Mérida (s. XVI-XIX)

Carlos Jesús Morán Sánchez (Instituto de Arqueología, Mérida, Consejo Superior de Investigaciones Científicas)

Carlos J. Morán Sánchez est docteur en archéologie. Depuis 2004, il exerce son activité de recherche dans le cadre de l’Institut d’Archéologie (CSIC). Son activité l’amène à s’intéresser à l’histoire de l’archéologie en tant que discipline scientifique, à l’exposition du patrimoine archéologique à travers des expositions internationales et universelles, à l’impact de l’archéologie sur la société à travers la création d’éléments d’identité ou l’émergence du tourisme archéologique, entre autres aspects.

La ville romaine d’Augusta Emerita conserve de nombreux vestiges archéologiques qui témoignent de sa splendeur passée. Sa transformation ultérieure à l’époque wisigothique et arabe a contribué à la fois à la «construction» des ruines et à générer des légendes autour de la ville antique. À partir du XVIe siècle, avec l’arrivée de la Renaissance et du mouvement humaniste, les érudits et les antiquaires ont commencé à s’intéresser aux ruines de Mérida et à les décrire dans leurs œuvres. Parallèlement, de plus en plus de voyageurs, majoritairement anglais, s’arrêtent dans la ville et décrivent, chacun selon son point de vue et selon ses objectifs, les vestiges archéologiques. Tous ces témoignages contribueront à générer des connaissances et des poncifs sur la ville, ses antiquités et ses habitants, dont certains survivent encore aujourd’hui dans la soi-disant «Rome d’Espagne».

“Vista de la Naumachia y del teatro antiguo en Mérida”, selon A. de Laborde: Voyage pittoresque et historique de l’Espagne (1806-1820), Paris: T. I, 2, Pl. CLVI.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Haude Morvan (7 mai 2024). Anticuarios, eruditos, viajeros y tópicos en las percepciones sobre las ruinas de Mérida (s. XVI-XIX). Dans l'œil des antiquaires. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nhr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search