Curiosité antiquaire et offrande amoureuse : le “Discours du Voyage à Constantinople” de Bertrand de La Borderie (1542) et sa mise en mémoire poétique de savoirs sur la Grèce antique

Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Caen Normandie, Centre Michel-de-Boüard, CRAHAM UMR 6273)

Catherine Gaullier-Bougassas est professeure de langue et de littérature françaises médiévales à l’Université de Caen Normandie et membre du Craham, Centre Michel de Boüard, UMR 6273, Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales. Membre honoraire de l’Institut universitaire de France, elle est spécialiste de la réception de l’Antiquité au Moyen Âge et au début du XVIe siècle, des écritures médiévales de l’histoire et du roman, ainsi que des représentations de l’Orient au Moyen Âge. Elle dirige le projet ERC AGRELITA, The Reception of Ancient Greece in Premodern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities: https://agrelita.hypotheses.org

Bertrand de La Borderie compose son Discours du Voyage à Constantinople sous la forme d’une lettre versifiée qu’il adresse à la femme qu’il aime et dont il est séparé durant sa mission. Malgré la poétisation du récit du voyage et l’importance donnée aux souvenirs de héros antiques dans l’élaboration du discours amoureux, l’œuvre témoigne d’un réel voyage que l’auteur accomplit en Grèce, dans l’empire ottoman, entre 1537 et 1538, alors qu’il prend part à une mission diplomatique ordonnée par François Ier. Ses éditeurs modernes indiquent qu’elle est la «première description en français, depuis 1453, de la Grèce et de Constantinople sous contrôle turc» (C. Barataud et D. Trudeau, p. 7). Nous étudierons comment il rend compte de sa découverte de vestiges de la Grèce ancienne, de la Grèce de Constantin et de ses successeurs, comment il la relie à son observation de la Grèce moderne, et quels savoirs il élabore à partir des réalités matérielles observées. Nous analyserons les images qu’il donne de son regard et de son désir d’Antiquité, ainsi que leurs liens avec ses souvenirs littéraires, surtout ceux de héros grecs des Héroïdes d’Ovide avec lesquels il prend ses distances pour conjurer le malheur et écarter le soupçon de l’abandon. En effet l’originalité du Discours est que la mise en mémoire des savoirs découverts sur le passé antique de la Grèce est tendue comme une offrande amoureuse à la dame aimée : notre étude cherchera à montrer comment ce lien entre curiosité antiquaire et offrande amoureuse oriente le rapport aux objets, aux monuments et aux lieux et donne une couleur spécifique au discours antiquaire.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Haude Morvan (7 mai 2024). Curiosité antiquaire et offrande amoureuse : le “Discours du Voyage à Constantinople” de Bertrand de La Borderie (1542) et sa mise en mémoire poétique de savoirs sur la Grèce antique. Dans l'œil des antiquaires. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ncz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search